Des maux pour le dire

La maladie est psychosomatique, la santé aussi. La relation corps esprit est indéniable.

Maux de tête, maux de dos, maladies de peau, troubles digestifs, fibromyalgie etc. La liste de troubles somatiques déclenchés ou aggravés par un stress chronique, est longue . En témoignent les ventes de médicaments, avec et surtout sans prescriptions, qui grimpent en flèche, faisant des libanais de sérieux consommateurs de psychotropes ( antidépresseurs, anxiolytiques , somnifères etc) .Certaines statistiques nous placeraient même en tête de liste à l’échelle mondiale . Les enfants ne sont pas non plus à l’abri de “tomber malade”. Du simple mal de ventre le lundi matin aux troubles digestifs chroniques, allergies en tout genre, eux aussi peuvent avoir mal dans leur chair quand ils souffrent.


En jargon psy on parle de psychosomatique , c’est à dire de la relation corps psyché qui définit l’être humain. Car le corps et la psyché évoluent ensemble dès la naissance. Ce que vit le corps se traduit positivement ou négativement sur la psyché , et, inversement, les épreuves psychiques fragilisent notre corps, ébranlent et percent nos défenses immunitaires.
On parle de dépression somatique comme on parle de dépression psychique.
Parce qu’il arrive parfois que l’on ne puisse pas exprimer une souffrance ou un mal-être existentiel par des mots, qu’on ne les trouve plus, que notre capacité d’emmagasinement a atteint sa limite . Ou encore notre que notre système psychique n’arrive plus à traiter les émotions , et, à ce moment- là , il les refoule dans l’inconscient, nos oubliettes.
Mais dans le monde de la psyché comme dans le monde de la chimie “rien ne se perd rien ne se crée mais tout se transforme”.
La douleur éliminée de notre psyché se transforme en douleur physique ou maladie somatique , touche un organe. Généralement le plus prédisposé, le plus fragile. Ce qui n’est pas évacué ou résolu par notre mental , sera évacué dans le corps…. qui ne l’évacuera pas. La maladie s’installe dans le creux de la souffrance, de nos traumatismes.

Nous vivons ,depuis bientôt deux ans, des micro traumatismes à répétitions : les manifestations,  la dévaluation de la livre, les denrées qui se font rares etc. Sans compter la tragédie du 4 août. Pour beaucoup , ce sont des stress qui viennent s’ajouter à un ou plusieurs stress déjà existants.

On parle beaucoup de l’augmentation des dépressions , mais on oublie que le corps peut, lui aussi, tomber malade, de fatigue.

La seule différence est que le temps de réponse du corps est plus long, s’étale parfois sur des mois voire des années quand notre système psychique est saturé. A ce moment là, comme pour lancer un dernier SOS, le corps prend la relève et devient le porte-parole de l’être souffrant.

Pour conclure, voici quelques recommandations qui peuvent aider :
1- Faire au moins 30 mins d’exercices physiques tous les jours. Idealement une petite marche en plein air si la météo le permet.
2- Essayer de se détacher de l’actualité quelques heures par jours, écrans éteints.
3- Voir les personnes qui nous font du bien qui nous remontent le moral.
4- Se trouver de nouveaux hobbies ( tous ne sont pas coûteux).
5- Developper de nouvelles amitiés, sortir le plus souvent possible. Éviter de rester seul (e).


Le voyage sera long et il faut ménager notre monture. Prenons soin de nous, de notre santé physique et psychique.

N’hésitez jamais à consulter votre médecin en cas de fatigue ou angoisse prolongées, de symptômes physiques persistants.

Bonne santé à tous!

Sandra KHAWAM

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: