Site icon Le Courrier Du Cedre

Pays sous occupation

Nous sommes officiellement un pays sous occupation depuis 1976, entrée des troupes syriennes au Liban. ( l’occupation réelle a commencé bien plus tôt avec les palestiniens).

Tout occupant essaye d’éliminer toutes les têtes qui depassent, ceux qui peuvent être des leaders et libérer le pays. Et ce, par tous les moyens possibles. De préférence en les liquidant.

Reste les médiocres qu’il va soutenir et corrompre puis propulser au pouvoir. Ces médiocres, ravis de leur statut de petit zaim, sont prêts à tout pour maintenir leurs privilèges qu’ils n’auraient jamais rêvé obtenir dans des circonstances autres. Dernier président digne de l’être fut Elias Sarkis. Après qui ,nous n’avons eu que des présidents plus incompétents et corrompus les uns que les autres. ( excepté Bachir Gemayel et René Mouawad rapidement éliminés )

Le peuple, intoxiqué par la médiocrité ambiante, devient apathique. Il sombre dans une dépression collective, dans un “à quoi bon” suicidaire.

Or il est le seul qui peut, par son vote, espérer changer la donne.
Ce n’est donc ni Taef , ni le système confessionnel, ni la corruption ( conséquence de l’occupation ) qui sont à l’origine de notre misère actuelle.
Les prétendus révolutionnaires et politiques qui n’ont rien à proposer que des discours populistes ,font finalement le jeu de l’occupant qui cherche à changer le système en sa faveur. Pourquoi accepterait-il une formule qui dessert ses intérêts ?

C’est uniquement le cercle infernal et vicieux de l’occupation qu’il faut combattre.
Tout le reste n’est que bavardage.

Sandra Khawam

Exit mobile version