Législatives 2022: agissons, agissez. Carol Ziadé Ajami

Libanais.es de la diaspora, n’avez-vous pas vu Beyrouth brûler ? Tendez- nous
la main pour la reconstruire.


Vous êtes quatorze millions alors qu’on est seulement quatre millions, répartis en Amérique latine, aux U.S.A., au Canada, en Australie, en Europe et en France…
Beyrouth et le Liban partiront en fumée. Ne soyez pas les spectateurs ahuris de sa mort tragique, mais soyez les acteurs de sa renaissance.


Vous pouvez toujours sauver le Liban, celui du brassage des civilisations et des
cultures, de l’héritage, de la convivialité et de l’ouverture. Celui dont l’identité rime avec souveraineté et neutralité. Sachez que nous avons tout essayé pour paver la voie à la troisième indépendance. Musulmans et chrétiens sont depuis longtemps unis.
« Tyr” et « Sidon », ont réclamé au prix de leur vie, les mêmes réformes revendiquées par Beyrouth et « Tripoli ».
Mais il y a toujours deux camps : les membres radicaux du Hezbollah, leurs
prosélytes avec les aounistes non repentis d’un côté, et tous les libres qui veulent vivre, construire et rayonner qui forment la majorité, de l’autre côté. Dans deux ou trois mois, nous n’aurons plus la force de nous lever, la force de manger et à fortiori, plus rien à manger. Agissez. Vous pouvez changer la donne. Ceux qui soutenaient Aoun et la résistance islamique, je vous exhorte à privilégier l’intérêt du pays, la résistance du peuple libanais, de ne point vous aligner sur les politiques étrangères, celles manigancées par l’Iran, mais de regarder la réalité en face.


Ne lâchez pas Beyrouth. Nous ne voulons plus être isolés du reste du monde, de
nos amis arabes ou occidentaux. Nous réclamons la sécurité, la neutralité et les
réformes. Ne nous laissez pas pris en otages. Elevez la voix pour imposer l’intervention des Nations Unies. Votez massivement pour le changement. Il en va de notre dignité bafouée comme de notre identité gravement menacée.
Libanais.es. de l’émigration, agissez dans l’intérêt du Liban comme vous l’avez toujours fait, aujourd’hui c’est imminent. Bientôt il ne restera plus de patrie, plus d’yeux à arracher, plus de terres à brûler. Votre pays a besoin de vous et pas seulement de votre apport financier. Vos racines vous le crient.


Comment se séparer de ses racines sans mourir un peu ? Le phénix ne renaîtra
pas de ses cendres sans vous. Ne laissons pas l’imagination d’un coup de torchon, réparer ce que les hommes ont détruit, et la procrastination permanente, tout racheter par la rhétorique et l’oubli. Agissons, agissez.


Carol Ziadé Ajami, extrait de “Beyrouth connection, les fossoyeurs du Liban”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: