Autoritarisme culturel

Ce qui manque dans les débats actuels qui dominent la politique libanaise, c’est la reconnaissance que les vrais enjeux ne sont ni le plafond de la dette ni l’état de l’économie, aussi importants soient-ils, mais une forme puissante et vénéneuse d’autoritarisme qui menace l’ idée même de la démocratie et des institutions, des valeurs publiques, des cultures formatrices et des espaces publics qui la nourrissent.

Le Liban occupe un moment critique de son histoire, un moment où les forces de l’extrémisme ne sont pas seulement en hausse mais sont en train de révolutionner les modes de gouvernance, l’idéologie et la politique. La politique de la déconnexion n’est qu’une stratégie parmi une série de stratégies conçues pour dissimuler cet ordre plus profond de politique autoritaire. Dans une société qui se complaît dans des accès d’amnésie historique et sociale, il est beaucoup plus facile que le langage de la politique et de la communauté soit volé et déployé comme une arme pour vider des mots tels que démocratie, liberté, justice et l’état social de tout sens viable.

Cet effondrement de la démocratie s’appréhende dans la subordination actuelle des valeurs publiques aux valeurs marchandes et l’effondrement de la démocratie dans la logique et les valeurs de ce qu’on pourrait appeler un autoritarisme prédateur où la vie est bon marché et tout est à vendre. Plus précisément, de la côte malade de la démocratie émerge non seulement une attaque politique agressive contre les modes de gouvernance démocratiques, mais une forme d’autoritarisme linguistique et culturel qui n’a plus besoin de se légitimer dans une idée parce qu’elle sécurise ses croyances fondamentales en une revendication de normalité ; c’est-à-dire que les Libanais sont désormais inondés d’une pédagogie de l’autoritarisme culturel dont l’idéologie, les valeurs, les pratiques sociales et les formations sociales ne peuvent être remises en cause car elles représentent et légitiment le nouvel ordre Iranien. Il s’agit d’un mode d’hégémonie prédatrice qui se présente comme une formation sociale universelle sans qualification, une forme sociale qui habite un cercle de certitudes idéologiques et politiques et une pratique culturelle qui assimile être citoyen à ne jamais remettre en cause son autorité – en d’autres termes, l’hégémonie prédatrice se transforme en une éthique universelle qui a épuisé toutes les différences politiques, alternatives économiques et contre-lectures du monde au service d’une idéologie vouée à faire du Liban une preuve de concept de ce que le régime Iranien veut accomplir dans la région.

Eddy Fakhry

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: