Rumeurs aounistes et marketing délirant. Oz Zahran

Il n’est pas surprenant que le mouvement aouniste ait réussi à tromper l’opinion publique à de nombreuses reprises, comme cela s’est produit, par exemple, pendant la période de la mission du Premier ministre Hariri pour former un gouvernement.
L’utilisation de la rumeur dans le monde politique est une vieille affaire, dans le but de contrôler l’opinion publique, et de l’orienter vers la place que veut l’auditeur de la rumeur. Dans le livre « La psychologie de la rumeur », le psychologue américain Gordon Albert définit la rumeur comme « toute proposition ou affirmation qualitative présentée pour approbation, et transmise d’une personne à une autre, sans qu’il y ait certains critères d’authentification ».

Nous constatons souvent que la rumeur contient une petite partie des faits, mais lorsqu’elle est promue, elle est entourée de parties imaginaires, de sorte qu’il est difficile de séparer les faits de la fiction, ou il est difficile de distinguer la vérité de la fiction.
Le ministre allemand de la Propagande à l’époque nazie, Joseph Goebbels, est l’une des figures les plus célèbres dans ce domaine. Bien qu’il y ait eu beaucoup d’exagération et de mythe de ce phénomène dans le monde de la fausse propagande politique par les pays victorieux de la Seconde Guerre mondiale, la phrase qui lui est attribuée, dans laquelle il dit : « Chaque fois que j’entends le mot éduqué, j’éfleure mon pistolet » (très éloquent). Les porteurs de rumeurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour étouffer toute voix, plume ou institution médiatique qui contribue à réfuter les allégations qu’ils promeuvent, afin de vider l’arène de leurs rumeurs.
Les chercheurs ont constaté que les rumeurs se répandaient davantage dans des circonstances troublantes, et en temps de crise, de toutes sortes, politiques, économiques et sociales. La diffusion de médias alternatifs et non traditionnels, tels que les sites de réseaux sociaux et les groupes de nouvelles sur les applications de téléphones intelligents, est l’une des raisons les plus utiles pour répandre des rumeurs, ce qui en fait un type surnaturel et incendiaire à diffuser dans n’importe quelle société.

Au Liban, nous avons deux exemples marquants de la façon dont les rumeurs sont utilisées pour tromper l’opinion publique, ou créer l’opinion publique sur un problème de nulle part : le mouvement aouniste et le Hezbollah, et nous prendrons le premier comme exemple dans cette affaire.
Ecraser les adversaires
Le chef du Mouvement patriotique libre, le député Gebran Bassil, s’appuie sur des rumeurs de marketing selon deux axes parallèles : le premier est de saper ses opposants politiques, et nombre d’entre eux le sont. La seconde est pour commercialiser des réalisations illusoires, que ce soit à son oncle, le président Michel Aoun, en premier lieu, ou à lui personnellement.


Assas avait précédemment rapporté, il y a environ un an, que Bassil avait mis en place deux salles d’opérations dans le cadre de la guerre contre les ennemis, l’une judiciaire et l’autre médiatique, dont la mission était d’atteindre les deux objectifs mentionnés.
Et dans la stratégie de travail de ces deux chambres, et plus particulièrement des médias, de réaliser des percées dans des sites d’information importants et connus, utilisant parfois « le bâton de l’autorité », afin d’inclure dans leurs nouvelles de dernière heure un flux ininterrompu de nouvelles exagérées sur le Président de la République, ses activités et ses réalisations. En plus des nouvelles qui nuisent aux opposants, sans les adopter explicitement, selon le modèle de sources proches ou d’une source diplomatique ou assimilée, où certains faits se conjuguent à de nombreuses rumeurs, sans possibilité d’en vérifier l’exactitude ou l’objectivité.
Afin de la livrer au plus grand segment possible des Libanais, cette nouvelle est commercialisée et publiée sur des groupes de nouvelles sur des applications mobiles, notamment “WhatsApp”, et le nombre est très grand, qui copie et colle la nouvelle sans prêter attention à son contenu ou en le vérifiant. La même nouvelle est répétée sur le même groupe des dizaines de fois. Il est bien connu dans la psychologie de la rumeur que sa répétition joue un rôle majeur dans sa consolidation.
De ces manières tordues, le mouvement aouniste est capable de faire passer un grand nombre de rumeurs, même si elles se contredisent. Et l’opinion publique ou les masses, comme le dit le philosophe français Gustave Le Bon dans son livre « La psychologie des masses », est « vulnérable à tout et croit en tout ».

Même lorsque ces rumeurs ne sont pas crues, leur répétition fréquente les rend présentes dans les conversations, les discussions et les querelles entre les gens, et parfois elles deviennent une « tendance » sur les sites de réseaux sociaux, surtout lorsqu’elles incluent des sujets personnels concernant la cible, comme sa famille. les conflits, les conditions financières et les relations des femmes, parce qu’elles suscitent l’intérêt.


Il n’est donc pas surprenant que le mouvement aouniste ait réussi à induire en erreur l’opinion publique à de nombreuses reprises, comme cela s’est produit, par exemple, pendant la période de nomination du Premier ministre Saad Hariri pour former le gouvernement. Hariri n’utilise pas cette méthode, et il a peu apparitions médiatiques, alors Bassil a profité de l’espace vide et l’a rempli de rumeurs.
Pour Hariri, les campagnes aounistes se sont toujours concentrées sur les occupants de postes supérieurs sunnites dans l’État, tels que le procureur général, le directeur général des forces de sécurité intérieure et le président du conseil d’administration de Middle East Airlines, et en a fait un sujet quotidien dans les médias, et a incité l’opinion publique contre eux, parce que le mouvement aouniste veut les changer et les remplacer par des hommes qui lui sont fidèles à leur place.
La visite présidentielle au Qatar
Fort de ses succès antérieurs, Bassil continue d’utiliser cette méthode, et les derniers exemples qui en témoignent sont la visite du président Michel Aoun dans l’État du Qatar.
Il a investi l’attention qu’Aoun a reçue à Doha, afin de construire une montagne de rumeurs, telles que des relations distinguées, et Doha entrant dans la ligne de médiation avec Riyad pour mettre fin au différend avec Beyrouth, les projets futurs et l’intérêt d’investir au Liban, en particulier dans le secteur de l’énergie. Alors que la Qatar Gas Company avait déjà soumis à l’appel d’offres pour des stations de gazéification, qui ont été désactivées, et qu’il n’y a rien de nouveau dans ce domaine, la machine aouniste a voulu investir dans l’illusion et rien de plus.
En effet, Doha considérait cette occasion comme une ultime répétition d’entraînement pour son accueil de la Coupe du monde, à l’automne prochain. Tous les dirigeants arabes ont été invités à assister à la cérémonie d’ouverture du tournoi, qui a été soigneusement préparé pour être éblouissant et attirer l’attention du monde entier, et Doha lui a consacré une énorme attention médiatique. Elle a une influence considérable dans ce domaine. La majorité des pays invités ont délégué des personnalités du deuxième ou du troisième rang pour les représenter, à l’exception du Liban, de Djibouti et de l’Autorité palestinienne. Car les chefs de ces trois pays aspirent à sortir de l’isolement dont ils souffrent, et rien de plus. Si l’on compare les deux déclarations émises par le Diwan Princier après avoir reçu le président Aoun et le président de l’État de Djibouti, on constate qu’elles sont très similaires, et peut-être que le texte est presque le même.


Le coup fatal du Golf


La machine aouniste a continué à répandre des rumeurs sur la visite d’Aoun au Qatar pendant des jours, mais le contact, qui a eu lieu entre le président français Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avec le président Najib Mikati, a complètement détourné les projecteurs des médias d’Aoun et a rendu tout cette campagne de rumeurs inutile, sans parler de l’indignation d’Aoun face à la marginalisation par Macron du président Aoun, et son exclusion de la scène au profit du président Mikati. Que ce soit ce dernier qui a reçu le pass téléphonique de Macron, ou le retard du président français à passer l’appel promis à Aoun pour le mettre dans l’ambiance de ce qui s’est passé, un message français intentionnel, qu’Aoun a compris et n’a pas réussi à réprimer sa colère.


Après cela, le prince héritier saoudien a porté le coup final à cette campagne, lors de la tournée du Golfe qu’il a effectuée, y compris sa visite à Doha, et la déclaration publiée après sa rencontre avec l’émir du Qatar, qui contredit toute la campagne de fuites aounistes et rumeurs, qu’il s’agisse de médiation, d’investissements, ou de toute tentative prétendument qatarie de combler le vide saoudien. La déclaration comprenait toutes les constantes saoudiennes envers le Liban, à savoir la nécessité de mener des réformes globales, et que le Liban ne devrait pas être un point de départ pour des actions qui déstabilisent la sécurité et la stabilité de la région, ou un couloir pour le trafic de drogue.


Le coup de grâce de l’ONU


La machine de propagande aouniste, depuis trois jours utilise la visite officielle du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, comme une nouvelle victoire, et fait circuler la plus infâme des rumeur qu’un deal a était passé et que les deux illustres cibles tomberont d’une seule pierre (Le juge Bitar et la loi électorale contestée avec acharnement)
Malheureusement, encore une fois, les vents soufflent dans les voiles aounistes du mauvais côté et fracassent l’armada de propagande sur les rochers de leurs alliés de Mar Mikhaïl ; notre cher Guterres, qui avait méticuleusement calculé son voyage et son itinéraire déclare lundi à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre Najib Mikati au Grand Sérail : ‘’Je réaffirme l’engagement de l’ONU à soutenir le Liban frappé par la crise et a exhorté le pays à organiser des élections législatives l’année prochaine à temps…. Nous aspirons au Liban à établir un contrat social, à développer ses relations avec les pays étrangers et à réaliser des réformes en coopération avec la société civile et le secteur privé”.
Sur-ce, l’arme secrète des kings de la propagande leur pète dans la gueule, Le haut Conseil, trahi par quatre juges (deux chiites, un druze et un orthodoxe), déclare une “Non-décision”, donc la grande contestation Don Quixotiste s’évapore sans même tomber et la loi continue tel que votée au parlement à la grande joie de 225,000 expatriés.

Morale pour le King des propagandistes
Tu peux mentir de temps en temps à certaines personnes, mais tu ne pourras mentir tout le temps à tout le monde. Certains partisans bénéficiaires peuvent t’applaudir et entendre l’écho de leurs voix, mais sache que le masque est tombé et que la déclaration est terminée.
Il y a des gifles qui résonnent comme le tonnerre.

L’article ci-haut démontre qu’une majorité internationale n’est plus dupée et elle soutient les vrais Libanais, la guerre n’est pas finie, juste une bataille de gagnée après tant de déceptions.
A nous maintenant de poursuivre pour assurer le plus grand nombre de vote.

Extraits traduit et élaboré de chez : Sous le microscope (Assas Media)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: