Site icon Le Courrier Du Cedre

Parler des crimes des autres pour masquer les siens. Issal Saleh

Les médias du Hezb-ollah se concentrent sur l’information selon laquelle plusieurs dizaines de jeunes tripolitains se seraient engagés dans les rangs de Daech.
Quel scandale !
Tripoli serait devenue un centre de formation de djiadistes sunnites et ce serait toute la ville de Tripoli qui devrait être maîtrisée et encadrée par les “sarail Al moukawamat” de Nasrs-allah.
Le Hezb-ollah craint les élections à Tripoli et voit avec angoisse sa perte de prestige gagner tous les milieux populaires.
Il cherche désespérément des réponses aux questions : Comment éviter un effondrement du Hezb-ollah politique qu’est le CPL, ou bien un effondrement du courant sunnite tripolitain viscéralement lié à Bachar ?.

Mais ces médias, spécialisés dans la déformation de l’information et dans le mensonge médiatique, omettent de rappeler que la banlieue sud de Beyrouth, la région de Baalbek et le Sud Liban ont vu un phénomène identique mille fois supérieur en intensité puisque Nasr-allah avoue cent mille jeunes jihadistes chiites qui ont rejoint les rangs du Daech chiite qu’est le Hezb-ollah.

En effet les points communs entre le Daech sunnite et le Daech chiite sont évidents :
— Création d’un espace élargi gagné sur les nations arabes et fixé par la religion islamique, sunnite pour les uns, chiites pour les autres.
— Utiliser pour matérialiser ce projet expansionniste et totalitaire tous les moyens de terreur possibles, dont les exterminations de minorités locales, les déplacements de population, les voitures piégées, les assassinats, l’appauvrissement et la soumission des populations….

Aussi les médias du Hezb-ollah auraient plutôt intérêt à éviter de diffuser les tares chez les autres lorsque ces mêmes tares sont déjà extrêmement développées dans leurs propres rangs.

Exit mobile version