Site icon Le Courrier Du Cedre

Les mauvais calculs de Mohamad Raad. Issal Saleh

(A) Mohamad Raad, tu nous accuses de vouloir gagner la majorité parlementaire pour modifier la Constitution ! Faut-il te rappeler que nous n’avons pas cent mille tueurs pour ce faire ? Toi, sans majorité tu modifies le pays en entier.
Notre but est de gagner les élections pour appliquer la Constitution.

(B) Mohamad Raad, tu dis craindre que l’on fasse un plan de paix avec Israël ? Mais l’Egypte, la Jordanie, le Maroc, le Bahreïn, le Qatar, le Soudan et les Emirats Arabes Unis l’ont fait. Donc plus rien ne nous empêche de le faire puisqu’on est les derniers étant donné que l’Irak et la Syrie sont sous la domination des milices iraniennes.

(C) Mohamad Raad crève de peur de tout plan de paix, à l’image de la réunion qui vient d’avoir lieu entre des pays arabes, les USA et Israël. Car la paix signifierait que ses armes sont devenues inutiles. Raad entretient l’insécurité pour conserver ses armes.

(D) Nous affirmions : nous serons
les derniers à signer la paix avec Israël. Eh bien, nous sommes les derniers justement. Dans l’accord de paix nous dirons : Deux peuples, deux États en Palestine- Résolutions 1701 et 1559 au Liban appliquées sous supervision ONU- Frontières terrestres et maritimes sous garanties internationales. Israël laisse les fermes de Chebaa sous la tutelle de la FINUL. Israël rend au Liban tous les territoires libanais occupés.

(E) Mohamad Raad est affolé ! Voyant que Bachar fait des réunions avec les Emirats, qui ont d’autre part accueilli les pays arabes, Israël et USA, Raad donne un coup de pied dans la ruche grâce à son allié du Hamas jeté dans la bataille du terrorisme.

Exit mobile version